Onction des Malades

L’ONCTION DE LA TENDRESSE DE DIEU

Le sacrement des malades nous est offert comme signe concret de la sollicitude de Dieu pour les personnes malades et souffrantes dans leur corps. Jésus a donné le plus éloquent exemple de la bonté et du dévouement pour soulager toutes les personnes qui se pressaient chez lui pour être guéries. Aujourd’hui encore, dans la foi en son amour inconditionnel pour chacun de nous, accueillons ce sacrement qui redonne courage et espérance.

REVALORISER L’ONCTION DES MALADES

En écho à l’atelier de formation chrétienne du 4 février 2014.

On constate que ce sacrement est mal connu, et peu demandé. On en parle peu dans nos familles. Le concile Vatican II a modifié le sens ancien d’un sacrement qu’on appelait l’Extrême Onction, et qui se donnait aux derniers moments précédant la mort. Aujourd’hui, le sacrement est offert à toute personne qui a besoin d’un soutien spirituel dans sa maladie ou sa vieillesse, et il peut être répété au cours d’une même maladie qui perdure.

 

Les évangiles mettent en relief le souci exceptionnel de Jésus pour les malades et comment il les guérit. Quelles interprétations religieuses donnons-nous aux guérisons physiques ? Elles illustrent le souci profond de notre Dieu pour les souffrants, et la guérison physique est comme le préambule à la guérison spirituelle, c’est-à-dire à la découverte de l’amour bienfaisant qui stimule à aimer et servir. Beaucoup de guérisons racontées dans les évangiles sont suivies d’un engagement de la personne. D’autre part, la maladie isole la personne, qui devient absente de la vie ordinaire. Sa guérison permet de la réintégrer dans la communauté. De même, la visite aux malades a une grande importance pour apporter le réconfort de la communauté, par une présence, une parole d’encouragement, une prière.

 

Le catéchisme de l’Église catholique identifie les effets attendus de ce sacrement : l’union du malade à la Passion du Christ, le réconfort, la paix, le courage dans la maladie ou la vieillesse, le pardon des péchés, le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel, la préparation au passage à la vie éternelle. Idéalement, ce sacrement est l’occasion de vivre une solidarité de la communauté avec ses membres souffrants. La célébration devrait se préparer et se vivre avec les proches qui apportent leur soutien affectif et spirituel. Ce sacrement peut être également vécu  au cours d’une grande eucharistie qui permet aux personnes malades et vieillissantes de se sentir enveloppées de la bonté d’un Dieu qui guérit les corps et les cœurs et donne l’espérance d’une vie sans larme, ni douleur.

 

 

CÉLÉBRATION  INDIVIDUELLE:

- Faire la demande à l'Animatrice paroissiale.

- Peut se faire à la maison ou à l'hôpital.

- Seulement un prêtre peut faire l'onction des malades.

 

CÉLÉBRATION COMMUNAUTAIRE:

- Elle est célébrée une fois l'an, en février ou en mars dans l'église Saint-Charles-Garnier.

Invitation à toutes les personnes qui sont affligées par une maladie importante ou par les graves infirmités dues au vieillissement. Invitation également à tous les proches aidants qui se dévouent sans relâche pour accompagner et soutenir leurs proches malades. À cette occasion, nous remettrons aux malades une belle prière composée par Mgr Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke.  Aux proches  aidants un petit souvenir en hommage à leur constant dévouement leur est remis. La célébration se vit dans le recueillement, le geste sacramentel, avec des chants qui stimulent notre espérance de guérison.

Patron des proches aidants

Pendants 40 ans, quand son apostolat le permettait, le Frère André visitait les malades à Montréal.  Il réconfortait les personnes handicapées et les malades chroniques, priait avec eux et, par l'intercession de saint Joseph, il en guérissait beaucoup.

Un siècle plus tard, son dévouement et son exemple continuent de donner espoir à ceux et celles qui souffrent, et inspirent les membres de leur famille et leurs amis à prendre soin d'eux.

En 2010, le pape Benoit XV1 a canonisé Saint André Bessette.  En 2016, les évêques du Canada l'ont unanimement déclaré patron des proches  aidants au Canada.

BÉATITUDES DES AIDANTS ET AIDANTES NATURELS/LES

BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, vous nos MISSIONNAIRES : AIDANTS et AIDANTES naturels/les qui, sans trêve et sans calcul, actualisez l’APOSTOLAT de l’AMOUR en chœur de votre communauté et cœur à cœur avec le CŒUR de DIEU souffrant avec les souffrants !

 

Oui, BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, car le prix  du don d’Amour Humain est le don d’AMOUR DIVIN.

BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, vous nos MISSIONNAIRES : AIDANTS et AIDANTES naturels/les qui, sans trêve et sans calcul, priez avec votre PRÉSENCE porteuse de la PRÉSENCE-ABSENCE du DIEU de TENDRESSE, de MISÉRICORDE, de FIDÉLITÉ et d’AMOUR à nos proches !

 

Oui, BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, car vous êtes victimes des GRÂCES DIVINES promises à ceux et celles qui participent aux souffrances du CHRIST. 

BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, vous nos MISSIONNAIRES : AIDANTS et AIDANTES naturels/les qui, avec foi et joie, priez avec vos MAINS transfigurées en arc-en-ciel aux couleurs scintillant de bonheur multicolore qu’engendre l’assurance de la bienveillance de NOTRE DIEU !

 

Oui, BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, car vous avez du prix à ses yeux. 

BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, vous nos MISSIONNAIRES : AIDANTS et AIDANTES naturels/les qui, avec foi et joie, priez au chevet de nos proches avec vos REGARDS porteurs de clins d’œil de Dieu dont les rayons d’espoir ensoleillent d’espérance les visages assoiffés de surprenances divines !

 

Oui, BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, car jamais DIEU NOTRE PÈRE ne tarira son infini regard protecteur sur ceux et celles qui font bruler le feu de la foi dans les cœurs en émoi.

BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, vous nos MISSIONNAIRES : AIDANTS et AIDANTES naturels/les qui, en esprit et en vérité, priez avec vos CŒURS aux harmoniques du CŒUR de DIEU palpitant en direction des cœurs affamés et assoiffés de sens dans la souffrance !

 

Oui, BIENHEUREUX et BIENHEUREUSES êtes-vous, car jamais vous n’habiterez les banlieues du CŒUR de DIEU, mais plutôt le cœur de son cœur immaculé d’AMOUR.

En union avec votre Communauté Saint-Charles-Garnier et en communion avec son Équipe de pastorale, nous vous offrons CE BOUQUET DE BÉATITUDES tricoté avec les fils de nos RÊVES pour vous sachant que les RÊVES sont des PRIÈRES. Et, les PRIÈRES dites avec FOI deviennent RÉALITÉS