DIEU AU-DELÀ DE TOUT CRÉÉ

 

DIEU AU-DELÀ DE TOUT CRÉÉ,

NOUS NE POUVIONS QUE T'APPELER

L'INCONNAISSABLE!

BÉNI SOIS-TU POUR L'AUTRE VOIX

QUI SAIT TON NOM, QUI VIENT DE TOI

ET DONNE À NOTRE HUMANITÉ

DE RENDRE GRÂCE!

 

TOI QUE NUL HOMME N'A PU VOIR,

NOUS TE VOYONS PRENDRE TA PART

DE NOS SOUFFRANCES.

BÉNI SOIS-TU D'AVOIR MONTRÉ

SUR LE VISAGE BIEN-AIMÉ

DU CHRIST OFFERT À NOS REGARDS

TA GLOIRE IMMENSE!

 

TOI QUE NUL HOMME N'ENTENDIT,

NOUS T'ÉCOUTONS, PAROLE ENFOUIE

LÀ OÙ NOUS SOMMES!

BÉNI SOIS-TU D'AVOIR SEMÉ

DANS L'UNIVERS À CONSACRER

DES MOTS QUI PARLENT AUJOURD'HUI

ET NOUS FAÇONNENT!

 

TOI QUE NUL HOMME N'A TOUCHÉ,

NOUS T'AVONS PRIS: L'ARBRE EST DRESSÉ

EN PLEINE TERRE!

BÉNI SOIS-TU D'AVOIR REMIS

ENTRE LES MAINS DES PLUS PETITS

CE CORPS OÙ RIEN NE PEUT CACHER

TON COEUR DE PÈRE!

 

 

 

 

 

Nous sommes des chercheurs de Dieu, en route,

pèlerins de l’absolu, en marche vers la Pâques éternelle.

 

Nous marchons moins qu’avant, où on le faisait par nécessité, pour aller à l’école, au magasin, à l’église. Maintenant, nous marchons par choix, pour la forme physique, la détente, des manifestations populaires, des marches de solidarité ou de protestation. Et dans notre univers d’efficacité et de productivité, le mouvement ne peut être au ralenti. Tout doit se faire vite, et l’impatience rôde au volant, sur internet, au marché. Time is money est la référence de l’économie de marché. Il devient difficile de vivre au ralenti.

 

Les Écritures parlent abondamment de la marche comme expression de la vie spirituelle et de l’attachement à Dieu. L’expression marcher avec Dieu symbolise la proximité avec lui, tout comme lui marche avec son peuple dans le désert. - Marche en ma présence et sois parfait- dit bien ce que le juste, situé au carrefour des deux voies, celle du bien et celle du mal, doit faire.

 

Le peuple libéré de l’esclavage d’Égypte entreprend une longue marche dans le désert, lent et pénible pèlerinage vers la liberté et la vie. Ce sera la plus intense représentation de l’Église, peuple de Dieu en marche vers l’espérance, recevant de Lui son pain quotidien. Plus tard, ce même peuple sera renvoyé à l’esclavage lors de l’exil, et la même odyssée se vivra au retour au pays.

 

La guérison du paralytique entré par le toit se conclut par un ordre: lève-toi et marche... il s’agit de plus que la dimension physique. C’est le coeur qui se met en marche pour aimer et se donner. Et quand Jésus marche sur les eaux, il y a une double symbolique, une superposition de messages, les eaux représentant les forces du mal que Jésus domine, parce qu’il a le pouvoir de Dieu, lui le saint qui marche en totale harmonie avec son Père. Et il marche vers la croix, et avec sa croix, et nous propose de faire ce chemin de croix qui mène à la vie.

 

L’Église est un peuple de pèlerins, en marche vers la patrie céleste. Et nos pèlerinages sont l’expression de cette foi et de cette espérance. Et l’Église est un groupe de gens solidaires. Ils ne sont pas chrétiens pour eux-mêmes. D’où l’importance de s’engager, de bouger, de sortir de soi, de participer à la construction d’un monde meilleur.

 

Comment voyons-nous l’Église ? Autrefois comprise comme réservée aux clercs, aujourd’hui l’affaire de tous les baptisés, projet collectif animé par l’Esprit de Dieu, au cours d’une monde en perpétuel changement, davangage mêlée au monde. Difficile à saisir plus qu’avant, l’identité de l’Église nous pose aussi la question de notre propre identité: qu’est-ce que les chrétiens apportent de plus à la construction d’un monde meilleur?

 

Pour faire un bon voyage.

  • Garder le cap sur le but du voyage et sur la beauté du message évangélique.

  • Entretenir l’enthousiasme du départ et le transmettre

  • Manifester un infini respect des marcheurs, surtout des plus lents

  • Étonner par sa bonté, entraîner les autres dans le dépassement de soi

  • Réfléchir et prier, pour la vie et le bonheur des gens

  • Approfondir le sens de la vie chrétienne

  • Savoir articuler une compréhension de la souffrance, de la mort, de la liberté

  • Prendre le risque du bien

  • Développer un nomadisme du coeur, bouger.

  • Servir avec ses talents et ses limites

  • Inscrire l’amour gratuit au coeur de la vie, faire la folie de tout donner.